Création sous tension : publication du 2e Panorama EY – France Creative

Action Professionnelle | Publié le vendredi 27 novembre 2015
 


Cette étude pointe le rôle primordial que jouent les industries culturelles et créatives en termes de croissance économique et de création d’emplois en France : 83,6 milliards d’euros de revenus (+1,4 % depuis 2011) et 1,3 million d’emplois en 2013 (+1 % depuis 2011). La Scam se réjouit d’avoir contribué à réunir des éléments tangibles qui mettent en lumière la création de richesse générée par le secteur de la culture trop souvent brocardé comme étant sous assistance des pouvoirs publics.

Si la Scam partage le message du Premier ministre en faveur de la protection et du respect du droit des auteurs, elle s’inquiète néanmoins de la baisse des dépenses culturelles de l’État et des collectivités territoriales. Ainsi, les crédits budgétaires de l’Etat en faveur de la culture ont diminué chaque année de 1,6 % entre 2010 et 2013.

Télévision
En matière de TV, la Scam reste vigilante vis-à-vis de la restructuration de ce secteur. D’un côté, les recettes publicitaires de la télévision sont lentement mais sûrement grignotées par les acteurs de l’Internet. De l’autre, l’effondrement du chiffre d’affaires des ventes de DVD n’est pas compensé par la faible progression des revenus issus de la vidéo en ligne. Plus que jamais, l’audiovisuel public français a un vrai rôle à jouer et doit bénéficier d’un financement pérenne.

Édition
La Scam s’inquiète également de la destruction d'emplois dans le secteur du livre qui impacte toute la chaîne de l’édition (écrivain, éditeur, libraire). Le nombre d’emplois directs a régressé de 10,3 % en deux ans entre 2011 et 2013.

Numérique
Si les industries culturelles et créatives sont ancrées au cœur du numérique, dont elles ont su relever les défis des nouveaux supports en étant elles-mêmes sources d’innovation et de créativité, l’étude montre à quel point le numérique est loin de compenser les pertes de revenus issus des circuits traditionnels. En question, la captation de la valeur par les intermédiaires de l'Internet qui tirent profit de la mise à disposition de contenus culturels sans contribuer à une juste et équitable rémunération en faveur des ayants droit. La Scam rappelle que la responsabilisation des hébergeurs, agrégateurs et autres intermédiaires est la pierre angulaire de l’avenir numérique de la création.

Presse

Le secteur de la presse continue d’être frappé de plein fouet par la transformation numérique, qui entraîne notamment une fragilisation et une précarisation des métiers de journaliste et de kiosquier. La gratuité de l’information a atteint ses limites.

A propos de ces résultats, Hervé Rony, directeur général de la Scam, réaffirme :
« Il est essentiel de bien comprendre à quel point les activités culturelles sont porteuses d'un dynamisme social et économique majeur. Tenir compte de cette vitalité, mise à mal par de nouvelles formes d'exploitation des oeuvres trop mal rémunérées, doit être au cœur des politiques publiques qu'il s'agisse des mécanismes de soutien public ou de la défense des droits d'auteur ».

Anne Georget
, présidente de la Scam, rappelle que « la culture joue un rôle structurant et vital au sein des territoires, comme en témoignent les enquêtes menées sur le terrain qui évaluent l’impact de ces secteurs sur les emplois locaux : c’est le cas de nombreux événements en régions soutenus par la Scam, comme Sunny Side of the Doc à la Rochelle, les Rencontres de la photographie à Arles ou encore les États généraux du film documentaire à Lussas ».

contact presse > Astrid Lockhart - 01 56 69 64 05 - 06 73 84 98 27- astrid.lockhart@scam.fr



> télécharger le communiqué de France Créative
> télécharger la synthèse
> voir l'étude complète sur France Créative



> Document associé